Berlin été 2014 pendant la coupe du monde de football, l'Allemagne vainqueur sur l'Argentine

Aie aie aie...petit texte extrait de mon carnet de foirage (qui ne me quitte pas à chacun de mes voyages...):'Je me cale au fond d'un bar sur une vieille banquette rouge impérial en velours déchiré mais non moins impérial...Hier 6h30 d'assise sur un banc étroit, la pluie dans le dos, la beuh à droite, la bière partout, et des allemands fous. Mon coccyx est le plus marqué par cette épreuve mais pas seulement!

 

Petit déjeuner allemand à 14 heures dans un bar branché bobo, non loin du marché aux puces. Tout est délicieux sur le plateau, fromages, charcuteries, fruits, confitures. On se délecte. Jusqu'à ce qu'une pluie torrentielle vienne nous rappeler que le bonheur est éphémère. L'eau se déverse sur les stores qui finissent par ployer sous le poids et nous inonder. Du coup, c'est un plateau de charcuterie flottante, de fruits super rincés (c'est mieux pour les phytos) et l'orange pressée est un jus à base d'orange comme ils écrivent en tout petit sur les briques pas chères;

On sort le parapluie et on choisit entre nous et le déjeuner, d'abriter... le déjeuner! et oui! On attend ensuite que la colère des dieux se calme. Je me demande quand même si le Sri Tathata est pas là-dessous. Après m'être engouffrée Jam et salami, alors que rappelons-le il était une fois où j'avais fait vœu de végétarisme (et c'est tout, d'ailleurs!).

 

Bref on part aux marchés aux puces où je trouve un trésor: un mini entonnoir crade et rouillé pour la modique somme de 2euros après d'âpres négos par deux fois, avec juju en tête et véro en arrière-ligne!

 

Et après l'entonnoir le juju il se stresse. Le match est à 21 h mais dans le jardin à bières le plus ancien de la ville, les places vont être chères. Il faut se caler à 18h! Et la galère commence. Flotte, saucisses, bières, odeur de beuh, 3 heures d'attente avant le premier coup de sifflet.  Et encore nous sommes des privilégiés sous un auvent. Certains s'abritent dans des sacs poubelles. Voyez le tableau!

 

21h le match commence. Mathilde me chuchote: ''Prie pour qu'ils marquent vite sinon on a droit aux prolongations'' Je lui demande une explication précise sur cette éventuelle catastrophe. Et bien on y a eu droit! Et avec un super décor: Julian la tête dans les mains, la voisine en stress avec Parkinson, le grand-père devant qui se ronge les ongles et à la fin il ne lui reste plus que les moignons, et un fou qui s'égosille et crie des trucs chelous, tant et si bien que les voisins doivent le calmer.

 

Moi, j'ai essayé de suivre. J'ai trouvé l’entraîneur drôlement sexy   Si Si !

 

A un moment j'étais perdue: maillots blancs , maillots bleus. Ok! Mais le type en vert c'est qui alors? Je crains que  Math ait eu honte mais bon! j'avais décroché un tout pt'it moment.

Finalement ils ont gagné un 14 juillet! comme quoi l'histoire n'est jamais figée! Et là vous n'avez pas de photos car je n''avais plus de batterie. C'est cela les grands reporters. 

Nous étions contentes pour eux. C'était vraiment beau à voir. Julian je crois bien qu'il était ému. Et nous un peu. Puis l'émotion a cédé la place à la fatigue, la fatigue à l'énervement, l'énervement au plus supportable.

Pour rentrer métro, bus blindés. Klaxons et foule en délire. On manque de se faire raboter les fesses à chaque fermeture du bus quand il arrive à se fermer! Je me retrouve bloquée sous l'aisselle d'un grand blond, et maintenue debout par la pression centrifuge qui s'exerce sur tous les points du corps. La bière remonte! Ne pas y penser. Fermer les yeux et méditer. Impossible! Ils crient, chantent, hurlent, frappent les vitres des bus Et ça fait peur!

 

Ensuite il est 2 h du matin et on marche, marche...On a sauté du bus avant d'être étouffés. Et là je ne parle plus. Je suis contrariée! car des cafés sympas, il y en a partout, même dans la rue de l'appartement. Mais pourquoi donc juju a voulu aller à l'autre bout de la ville, en extérieur? Des fois il est bizarre, ce doit  être la différence culturelle (???) et des trucs m'échappent. 

 

Bon là je suis toujours assise dans mon café, sur ma banquette impériale (c'est pour voir si vous suivez) et je dois rejoindre julian à 12H, place Savigny. Comme je n'étais pas réveillée, j'ai cherché quel métro prendre et ne trouvant pas, lui ai demandé par sms. Et comme il se doute que la Rani elle est un peu échaudée par la soirée, il vient de m'appeler: ''c'est juju. T'inquiètes pas, Savigny c'est à 500 mètres d'où tu es. Tu marches tout droit et je serai là''. Comme quoi ça a du bon de montrer que l'on est contrariée. On est respecté après. Non mais!

 

Blague du jour:

 

Math demande si le graffiti du mur représentant le baiser de l'amitié entre Brejnev et Honecker, c'est réel. Car 2 hommes qui s'embrassent sur la bouche ça l'étonne ma fille! Je l'ai trop couvée!

Et juju répond:'' mais oui en Russie, ils s'embrassent sur la tongue''  ????What's???

Il se reprend ''Hier j'ai beaucoup parlé anglais du coup je confonds avec le français''

 

Mouai ! je suis sceptique! "